Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 09:04

Mascara, leur mère, Persanom, leur père, la Famille Ruhant, leurs humains, les désherbeurs du mercredi, et tous les amapiens sont heureux de vous faire part de la naissance de

 

Lutti, Cachou, Caramel, Vichy, Arlequin et Réglisse

 

La petite famille se porte bien. Toutefois, un problème se pose du côté du père qui n'a pas de nom. Allons bon : un sans papiers à la ferme ! D'où vient-il ? Un Persan ? Non. Il en a bien la bouille aplatie et le poil long et fourni, mais les persans sont des chats... pas des lapins. De plus, avec ses oreilles tombantes, il a un un air tellement étranger qu'il n'échappera pas au délit de faciès. Devant la dizaine d'amapiens réunis ce jour là, Isabelle ffirme : « c'est un lapin Bélier » … C'est bien gentil, Isabelle, mais quand les signes du Zodiaque serviront d'identité, l'immigration aura de beaux jours !
Pour assurer la sécurité de la mère et des petits, Romain les enferme à l'aide d'un cadenas codé. Bien sûr, à la moindre alerte, une pétition circulera...
En attendant, réjouissons nous !
Nelly

collage.jpg

Photos : JB Tiers

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 17:13

Conférence-débat avec Pierre-Henri Gouyon
Docteur en génétique, ingénieur agronome et professeur au Muséum National d'Histoire Naturelle, à l'AgroParisTech et à Sciences Po Paris

VENDREDI 6 JUILLET - 20H00
LILLE - Maison de l'Éducation Permanente
1 place Georges Lyon
Entrée libre et gratuite

Dans le cadre de la campagne Semons la biodiversité (www.semonslabiodiversite.com)

 

La biodiversité cultivée existe... mais elle se porte mal !
En blé, 300 variétés inscrites au catalogue mais les dix variétés les plus semées couvrent environ 45 % des surfaces pour la récolte 2012. En pomme de terre, près de 4000 variétés dans le monde, 1350 inscrites au catalogue européen et 200 au catalogue français. Une seule variété couvre 12% des surfaces mondiales. Le remplacement des semences paysannes par quelques variétés industrielles standardisées pour les besoins de l'industrie conduit à réduire la biodiversité cultivée. À l’échelle planétaire, la FAO estime que 75 % des variétés cultivées ont disparu entre 1900 et 2001.

Les semenciers : une innovation faible et chère
Toutes les plantes agricoles, même celle vendues aujourd'hui par les semenciers, sont issues de semences sélectionnées et conservées de générations en générations par les paysans.Les paysans qui font des semences de ferme sont plus largement taxés et contrôlés depuis le vote de la loi sur les COV (28/11/2011) promue par la FNSEA. Ces nouvelles taxes enrichissent des firmes semencières qui investissent peu sur des variétés répondant aux enjeux environnementaux (faible niveau d'intrant) et beaucoup plus dans leur entreprise de privatisation du vivant (développement des hybrides (98% du maïs, 55% du colza et 3% du blé), lobbying pour faire autoriser les OGM et les brevets). De plus, agronomes et économistes s’accordent pour reconnaître une stagnation des rendements depuis le milieu des années 1990, notamment du blé tendre (51% de semences certifiées). La France serait pénalisée par sa spécialisation dans des cultures fragiles et exigeante en intrants (INRA Sciences sociales n°4-5-2011 Févirer 2012).
Pourquoi augmenter les royalties versées si la recherche semencière ne permet pas de gains de productivité ? D'autant plus que les semenciers se portent bien : deuxième pays exportateur et F. Desprez, 187ème fortune de France en 2011 en hausse de 30% sur un an. 

La recherche publique : des perspectives et peu de moyens
Un seul programme de recherche en blé tendre d’hiver en faible niveaux d'intrants était conduit en 2009 par l'INRA (B. Rolland, UMR Rennes). Pourtant sur blé tendre en conduite intégrée on diminue de 30 à 35 % les intrants alors que le rendement baisse de moinsde 10 % (Guichard et al. 2009) ! Seules deux chercheuses INRA travaillent aujourd'hui en France avec trop peu de moyens sur la sélection participative de variétés rustiques adaptées au terroir. Dans d'autres régions du monde où les paysans sont moins solvables pour les semenciers, cette démarche porte pourtant ses fruits.

 

Renseignements :
Confédération Paysanne Nord-Pas-de-Calais
03 21 24 31 53 - nordpasdecalais@confederationpaysanne.fr
http://nordpasdecalais.confederationpaysanne.fr

Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 13:03

... On les mange pas avec les doigts !
Ah ! mes amis, quel panier hier ! je n'avais pas pu aller chercher le mien, et quand Viviane est venue me le déposer le soir, je me suis exclamée, vu son poids :
"noooon ! moi c'est un demi" !... elle m'a répondu, avec son sourire tranquille : "c'est un demi !"
Mais comment ils font Isabelle et Patrick ? La semaine dernière, ne sachant plus si c'était l'été ou l'hiver, ils se faisaient du mouron. Celui à fleurs rouge qui est un poison
parce qu'il se prend pour des soucis (pourtant, à fleurs jaunes) avec la nature, allez savoir !
Même en cette période de pénurie, ils n'avaient même pas pensé à mettre celui à fleurs blanches dans le panier des drôles d'oiseaux que nous sommes !
En plus, impossible d'aller leur donner un coup de mains : dame Météo en avait décidé autrement !
Et malgré tout, hier... c'était Noël !
Et, papilionacées sur le gateau, des petits pois ! Blottis tellement serrés dans leur cosse, que je n'arrivais pas à l'ouvrir !Petits-pois.JPG
Vite, un mode d'emploi ! "La première gorgée de bière" de Philippe Delerm et son écossage des petits pois.
Au bout de mon jardin, des grues, des ouvriers perchés au quatrième étage du bétonnage en cours. Je les imagine mal quitter le perchoir, tellement convoité,
pour demander négligemment :"on peut aider... ?"
Bon. une pointe de couteau fera l'affaire.
Le résultat ? Ben ... si vous êtes amapiens... vous savez !
Si vous ne l'êtes pas , on vous plaint !
Nelly

Partager cet article
Repost0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 16:08

devinette-1.JPGJ'avais une dizaine d'années, lors de la sortie du film « La cage aux Rossignols », où l'acteur principal, Noël Noël, interprétait le rôle d'un enseignant, dans un centre d'accueil pour jeunes délinquants. Délinquante, j'aurais pu l'être, à l'époque. C'est sans doute pourquoi, j'ai encore, très présente dans les oreilles, la musique de cette phrase qu'il faisait réciter à ses élèves : « Bien mal acquis ne profite jamais ! »
Ce n'était sans doute pas plus vrai à l'époque, qu'aujourd'hui, mais le terreau qui recueillait cette parole n'était pas le même : Dieu n'était pas encore redevenu le « Veau d'0r », la notion de péché, de culpabilité, de pénitence, n'avait pas encore été submergée par la répression généralisée sommée avant tout de faire du chiffre....
Et puis, on jouait encore : l'invitation à se vautrer sur un canapé, en tête à tête avec la télé n'avait pas encore été inventée ! Et les jeux mettaient en place des règles. Le fait qu'elles invitent surtout à tricher ( c'est humain!) ne gommaient pas pour autant leur existence, au contraire : c'est l’Tmuf et la poule : sans interdit, pas de transgression possible. Aujourd'hui, on ne transgresse plus les règles : on les ignore. Un exemple frappant est la circulation en ville : les feux de signalisation ne servent plus à aménager des déplacements protégés en respectant la liberté de chacun, tout en la limitant : ils n'existent plus, ou, du moins , on fait comme si ...
Bon, elle commence à nous pomper l'air ! Où veut-elle en venir ? Voilà ! Lors du week-end « portes ouvertes » à la ferme, j'avais disposé sur le stand de l'amap, des petits jeux de cartes, devenus rares parce que non électroniques. La moitié des devinettes et la moitié des rébus ont disparu.
devinettes-2.JPGEn les amenant, j'avais pris le risque. D'accord. Comme ils étaient en carton, trouvés au fond des poches, j'espère au moins qu'ils auront été recyclés !
Mais cela me ramène à Noël Noël et aux illusions de mon enfance. Nous savons, ô combien, que « bien mal acquis » profitent à quelques uns, au détriment de beaucoup d'autres.
L'existence des Amap (depuis 1956, quand même) et leur développement qui ne cesse de s'accentuer en France, démontre que les changements de comportement ne sont liés ni à de beaux discours, aussi justifiés soient-ils, encore moins à une volonté politique, quelle qu'elle soit, mais à la prise de conscience, par chacun d'entre nous, de la nécessité d'inventer une autre façon de vivre, de la mettre en acte... et de la transmettre.
Merci, mes petites cartes !
Nelly

Partager cet article
Repost0
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 14:55

Vins-M.-Piva0001.jpgMonsieur Piva Jean-Luc, viticulteur "Bio" dans le bordelais, livrait son vin à Lomme, depuis une vingtaine d'années, le week end de Pentecôte (au marché, le samedi matin.)
Depuis l'année dernière, la livraison se fait à la Ferme de la Ruelle à Pérenchies, chez Isabelle et  Patrick Ruhant, nos maraîchers partenaires . Cette année, ce sera le vendredi 25 Mai de 14 h à 19 h.
A cette occasion, l'amap Lomme de terre propose une rencontre festive et culturelle à la ferme :
                A partir de 18 h 30, apéritif - dégustation (vins de Mr Piva), accompagné de grignotage offert par notre Amap.
                A partir de 19 h 30, projection du documentaire "La Mort est dans le Pré", récemment présenté à la TV.
                Pour éviter de noyer le désespoir dans l'alcool, nous irons à la rencontre de la Révolution du Quotidien, avec des extraits de : "Sous les Pavés, la Terre !"
Afin de faciliter l'organisation, nous vous demandons de vous inscrire très rapidement en indiquant le nombre de personnes présentes.

Merci et, peut être à bientôt !
Le CA de L'amap "Lomme de terre"  

Partager cet article
Repost0
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 07:11

Jeudi soir, c'était la première réunion du Conseil d'Animation, depuis l'AG et la reprise des distributions.
Nous accueillions des nouveaux membres (ça fait toujours du bien de rajeunir un gouvernement). Les anciens combattants ont évoqué les jours glorieux de la création de l'Amap, avec le désormais fameux « Café Converse » dans un bistrot Lommois. Le nombre de participants fut une bonne surprise, la rencontre d'Isabelle et Patrick Ruhant (eux aussi en désir de changement) un vrai bonheur et l'aide de Dominique Peyre (Association Avenir) un « tigre dans le moteur » !
P5112726b.jpgUn épouvantail s'était invité à la fête : « le navet » ! Déjà, c'est pas facile d'envisager qu'on ne mangera plus de tomates à Noël, parce que c'est ni local ni de saison... mais de là à imaginer qu'on va manger des navets toutes les semaines... l'anorexie fait signe à l'horizon et la famine est pour demain. ! Et puis, d'abord, comment ça se cuisine ?
Bon, on se calme, ceux qui ont connu la guerre, ne pouvaient même plus entendre prononcer les mots « rutabagas » ou « topinambours »... aujourd'hui, ces derniers occupent le haut du panier et des menus, par la délicatesse de leur goût.
Donc, premier avantage de l'Amap : ne pas mourir idiot et découvrir des recettes jusque là ignorées, sur le blog, entre autres. Hier, par ces temps de météo calamiteuse, des navets nouveaux garnissaient notre panier. Là, si vous avez un caractère porté vers l'envie de ce que vous n'avez pas... vous arrêtez la lecture .
D'abord, des fanes aussi vertes, tendres et tentantes que la roquette qui leur tenait compagnie. Oui... bon ! La soupe aux fanes de navets, Maryse D. qui n'a pas encore trouvé ce qui pourrait la faire reculer, a essayé... Bernard s'en souvient encore !
Donc, on coupe. On note qu'il faudra demander aux «Chroniques Terriennes», qui ont réponse à presque tout, ce qu'on peut bien en faire ? On peut aussi aller à la ferme interviewer Chocolat, Zebulon, Mascara, les chèvres, les oies (mais, elles sont plutôt tendance pissenlits ) pour savoir ce qu'ils en pensent ? Arriver à la ferme en leur offrant
un bouquet de fanes de navets... ça aurait de la g...le , non ?
Bon. Donc, on a coupé les fanes . On se retrouve avec, dans la main, une petite chose parfaitement ronde, à la peau fine et lisse comme une peau de bébé, coiffée d'un pompon vert tendre, surmontant une collerette couleur lilas. Premier réflexe : la mettre en bouche et la savourer, comme un berlingot. Si vous résistez, pour qu'elle passe à la casserole, vous découvrez une chair blanche, sans une égratignure, presque juteuse...on pourrait croire un sorbet....
Je perçois que vous salivez...mais patience : Isabelle et Patrick sont des magiciens, et leurs secrets n'ont pas fini de nous surprendre !
En attendant, on se montre très gentils avec St Médart et St Barnabé, on offre les fanes à la grenouille qui fait la pluie et le beau temps ( on sait jamais, elle pourrait aimer). Gervaise qui a des envies de feu de bois en allume un pour Pancrace, Mamert et Servais, les Saints de glace... et on attend les prochaines réjouissances amapiennes !
Nelly, le 11 Mai 2012

Partager cet article
Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 12:00

Le groupe O'tera (ex-Ferme du Sart) a annoncé hier dans un communiqué l'abandon de son projet de point de vente à la ferme du Tilleul dans le coeur de Sainghin-en-Mélantois.

 

Selon la direction du groupe O'tera, l'obligation de préserver le corps de ferme et la pâture serait incompatible avec les objectifs de rentabilité du futur point de vente. Située au rond-point du Tilleul, la ferme voit passer chaque jour le flot de voitures des « pendulaires », ces habitants de la Pévèle qui vont travailler à Villeneuve-d'Ascq et dans la métropole.

Lire la suite sur le site de la Voix du Nord en cliquant ici.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 18:43

DSCN7319Escale à Pérenchies, chez Isabelle et Patrick Ruhant
Comme toujours, les visiteurs étaient accueillis par l'art de la décoration d'Isabelle. Elle ferait naître un soleil, dans une panne générale d'electricité ! Et bien sûr, un parcours aussi ludique que pédagogique permettait de devenir incollable sur la vie des champs.
Le porc sur la déco, ce fut les deux petits cochons fabriqués par Romain et sa cousine Capucine pour signaler la ferme du Beau Pays. On en mangerait. Non ?
A part ça, il faisait un temps à ne pas mettre une plume de canard dehors.
Même la visite s'en ressentait : peu de visiteurs, pour la plupart sans curiosité, déambulant sans rien regarder... le caddie en moins, on se serait cru dans une fausse ferme ! Il faut quand même reconnaître qu'ils avaient fait l'effort d'aller ailleurs ! On n'avance jamais qu'à petits pas !
de-ferme-en-ferme--avril-2012 1812Heureusement, la bonne soupe d'Isabelle et le feu de bois dans la maison, m'a permis d'éviter la pneumonie !
Le gag du jour : sur la table où étaient les boissons, une coupelle contenait des petites choses croquantes, colorées, parsemées d'herbes aromatiques séchées . Je me suis dit « tiens, j'ai jamais vu des amuse-gueules comme ça. Elle les trouve où, Isabelle ? »
Heureusement, j'ai pas l'habitude de grignoter entre les repas ! Plus tard, j'ai vu un gamin en prendre une, la porter à ses narines, et la reposer aussitôt. Gourmand, mais pas téméraire ! En fait, il s'agissait du repas du lapin, qu'Isabelle sollicitée de partout, avait oublié là.

Donc, les enfants ont de l'odorat. Aidons-les à le développer avant qu'il ne disparaisse !
de-ferme-en-ferme--avril-2012 1831Le lapin. Parlons-en ! Quand il m'a fait de l'oeil, j'ai cru défaillir ! La photo ne restitue pas la beauté des couleurs. D'accord, Mascara, c'est son nom, avait passé une heure à se maquiller avant... mais quand même !
Le dimanche, le soleil était là. Pas celui fabriqué par Isabelle, l'autre. Ca change tout ! Il y avait plus de monde, on s'attardait, on se renseignait, on jouait avec les questions...
Merci à Mathilde EGE, Marie-Françoise KINDT, Anne TRESCA, Geneviève TIERS, Claudine REGULSKI, Gervaise MILOUDI qui ont partagé ces moments de présence.
Nelly

Retrouvez toutes les photos de cette opération dans la rubrique Album photos, là, à votre droite, oui, oui, dans la colonne de droite. L'album s'appelle De ferme en ferme, chez les Ruhant, avril 2012.

collage.jpg

Partager cet article
Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 15:22

Panier saison 3Avant le début de la quatrième saison de l'AMAP, il reste une place pour un panier plein et une place pour un demi-panier.

Si vous connaissez des gens intéressés pour partager l'expérience de l'Amap, dites-leur d'écrire à l'adresse suivante :

amap.lommedeterre@laposte.net

Les paniers composés de légumes certifiés bio coûtent 14 euros et les demi-paniers coûtent 7 euros.

Vous pouvez aller voir la composition des paniers des trois premières saisons dans la rubrique "Dans mon panier" dans la colonne de droite.

Si vous voulez des détails, écrivez-nous à l'adresse indiquée ci-dessus. Faites passer l'information ! La distribution reprend le jeudi 26 avril 2012.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 09:13

Le 17 Avril 1996, 19 paysans Brésiliens qui défendaient leurs terres, ont été assassinés par des tueurs à la solde de grands propriétaires terriens.
« Via Campesina », première organisation mondiale de Paysans, a choisi le 17 Avril de chaque année pour « la Journée Mondiale des Luttes Paysannes ». Rappelons que c'est ce mardi 17 Avril que sera diffusé, sur France 2 , à 22 h 40, le documentaire « La Mort est dans le Pré » qui rappelle le prix payé, dans leur vie,
par les paysans, soumis malgré eux, aux (dé)-règlements régnant sur l'agriculture depuis des décennies.
Nos maraîchers, Isabelle et Patrick RUHANT, qui ont vu la bande annonce, incitent le maximum de gens autour d'eux à regarder ce document : « c'est, disent-ils, exactement ce qui se passe . » Deux phrases sont gravées dans la mémoire des tragédies de l'histoire « plus jamais ça » et « il y a un moment où il n'est plus possible de dire qu'on ne savait pas.» C'est encore plus vrai, aujourd'hui, où la possibilité de communiquer repousse chaque jour ses limites... à des fins qu'il appartient à chacun d'apprécier...Collage.jpgDans le cadre de cette lutte, des manifestations ont pris place, ce samedi 14 Avril, en face de la Mairie de Lille, notamment un marché paysan, organisé par la Confédération Paysanne, avec interpellation des élus (l’amap de Lomme et celle de Villeneuve d'Asq étaient représentées.)
Après la manifestation devant la Chambre d'Agriculture, en 2010 contre l'appellation « Ferme » du Sart, celle d'Avelin, récemment pour la même raison, il va être mis fin à l'usurpation de ce beau mot qui mérite mieux qu'un hangar offert à une commercialisation mondialisée .
Raison de plus pour se mobiliser comme à Premesques, la semaine dernière, et bientôt à Sainghin en Mélantois....
En général, on y vit des moments peu habituels et enrichissants...
Ce matin, l'emplacement n'était pas terrible mais, jour de mariage oblige, ambiance garantie : défilé de mariées, en blanc ou en noir, en traîne ou mini-jupe, avec ou sans choucroute sur la tête, mais avec concert de klaxons... ! (la marche funèbre des futurs divorces !)
Les biquettes et leurs chevreaux ne paraissaient pas dérangés outre mesure, les poules qui picoraient l'herbe de leur enclos non plus... sauf une. Paisiblement endormie dans les bottes de paille, elle a dû faire un cauchemar : l’extrémité du bec scié, elle était enfermée dans une cage sur mesure, parmi des centaines d'autres, attendant l'heure de la pitance imposée... Quand j'ai donné l'alarme, elle s'était fait la malle et partait à l'aventure sur le trottoir... (Pas de mauvais esprit, svp,!)
Le « Cyclotour des Paysan(ne)s en quête de terres » prenaient également le départ, avec étape à Sainghin en Mélantois, puis direction Nantes, l'aéroport N.D des Landes. « C'était au temps où... » les citoyens imploraient peut être moins Notre Dame , mais percevaient l'urgence de prendre leur avenir à bras le corps... pourvu que ça dure...
Nelly T.samedi 14 avril 2012

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de Lomme de terre
  • : AMAP créée à Lomme, Nord, regroupant 80 consomm'acteurs et des maraîchers
  • Contact

Recherche