Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 19:47

Ce dimanche 25 septembre 2022 s'est tenu, à la Ferme de la Ruelle, le traditionnel banquet annuel de l'AMAP Lomme De Terre.

Chaque année, Patrick et Isabelle nous accueille à la ferme pour une journée riche : 

10h : récolte des dernières tomates,  nettoyage de la serre, préparation des oignons.

12h : apéritif offert par l’AMAP : soupe de champagne mais il y avait aussi des jus de fruits !.

  • Mot d’accueil de notre Président
  • petit discours de Patrick et Isabelle, et Clément

13h-14h30 : auberge espagnole : chaque amapien amène un plat salé et sucré plus ses couverts, assiettes et verre et boissons + nappe colorée objectif : zéro déchet ! ou presque....

14h30 : visite de la ferme par Patrick, elle permet  de voir l’étendue de la ferme et le travail que cela nécessite, alors pensez à vous inscrire  aux chantiers !

Vincent nous a proposé le jeu des prénoms. Pas facile de se souvenir du prénom de chacun !

 

Le soleil était aussi avec nous pendant le repas. La pluie a attendu que nous soyons sous le hangar pour tomber. Et le percolateur n'a pas voulu fonctionner - ou on n'a pas su le faire marcher - mais on s'est rattrapé avec la cafetière d'Isabelle et c'était très bien ! Et voilà 😉 La convivialité était au rendez-vous !

La preuve, il ne restait pas grand chose dans les assiettes !

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2022 7 08 /05 /mai /2022 21:27

Ça y est, elle a commencé, quel plaisir de retrouver les légumes de l'AMAP et les retrouvailles sont aussi chaleureuses avec les amapiens...

Voici donc les paniers de cette première distribution : 

Ceux qui ont pris les paniers Fraises devront attendre quelques semaines, c'est aussi ça la saisonnalité !

Savourez-bien !!!

Partager cet article
Repost0
25 avril 2022 1 25 /04 /avril /2022 07:10

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2022 5 18 /03 /mars /2022 20:06

 

Les tempêtes qui ont eu lieu du 16 au 22 février dans les Hauts de France n'ont pas épargné l'exploitation de Patrick et Isabelle.

Ce sont surtout les serres qui ont été touchées, sur les 6 serres de l'exploitation, 5 ont été abimées. 

Mais comme l’a dit Patrick, cela aurait pu être pire, les structures sont encore debout et surtout elles n’ont pas été déformées. La priorité, rabâcher la serre Pépinière.

Il a été très difficile de trouver les bâches de remplacement puisque tous les agriculteurs possédant des serres ont subi les mêmes dégâts. Patrick et Isabelle (ainsi que d'autres agriculteurs) ont donc activé leurs réseaux belges, ils ont pu faire une commande groupée. La commande a été faite le 21 février et la livraison a pu avoir lieu le lendemain, le 22 février, efficaces les Belges !

Les anciens stagiaires et saisonniers de Patrick et Isabelle les ont contactés spontanément pour les aider : c’est dans ces moment-là que l’on a le plus besoin de solidarité.

Grace à la météo favorable du 26 février et avec l’aide de 4 amapiens le travail a été fait !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il vaut mieux de pas avoir le vertige !

Partager cet article
Repost0
15 février 2022 2 15 /02 /février /2022 21:25

Feuille de chou de L’AMAP Lomme de terre :

Interview d’Isabelle et Patrick Partie 3/3

Février 2022

Première partie de l'interview : http://amap-lommedeterre.over-blog.com/2022/02/feuille-de-chou-partie-1/3.html

Deuxième partie : http://amap-lommedeterre.over-blog.com/2022/02/feuille-de-chou-2/3.html

Sacrée épreuve !

Isabelle : Bon, il y a quand même des cultures qui vont bien !!!!

La mâche, les navets, les radis noirs, on s’en sort très bien

Les épinards que vous avez en ce moment, avaient mal commencé mais sont bien arrivés à terme.

Patrick : On essaie d’oublier la saison qui vient de s’écouler en mettant toute notre énergie pour la saison qui arrive. On réfléchit aux solutions à mettre en place pour ne pas revivre ça (décaler des plantations, variétés différentes…).

Isabelle : Nous avons également le projet d’installer un compteur d’eau sur la parcelle d’Houplines.

Patrick : Comme cette parcelle n’est pas irriguée, nous avons demandé à Iléo un devis.

Ça permettra de faire l’arrosage au moment des semis pour démarrer les plantes.

L’objectif est de faire pousser les carottes sur buttes : plus facile à arracher, moins sensible à l’humidité.

Encore une fois, ce projet est lié au dérèglement climatique. Il y a quelques années, nous aurions pu semer, il y avait toujours au moins une averse pour permettre à la graine de germer. Comme nous ne savons pas si l’an prochain sera sec ou pluvieux, nous sommes obligés d’investir sur le long terme pouvoir réagir s’il fait trop sec.

Isabelle : Ça ne nous arrange pas. Ça va nous faire une nouvelle dépense de quelques milliers d’euros….

Patrick : Le forage n’est pas envisageable puisqu’il n’y a pas d’électricité sur la parcelle.

En fonction du devis et de nos finances, nous verrons si le projet est faisable…

Isabelle : Patrick va avoir 58 ans. Un jour, il sera en retraite. On aimerait bien trouver quelqu’un avec qui s’associer, pour lui transmettre l’exploitation, le former et nous permettre de lever un peu le pied.

Patrick : Et surtout, on commence à se poser la question du devenir de l’exploitation dans 5 / 6 ans. On doit y penser maintenant, parce que dans notre métier, on ne peut pas transmettre du jour au lendemain. L’idéal serait de former quelqu’un qui reprendrait progressivement l’exploitation.

Isabelle : Nous recevons des stagiaires chaque année mais très peu, voire aucun, sont motivés. Ils ne se projettent plus dans le métier.

Patrick : Ils sont vite découragés par l’ampleur de la tâche.

Isabelle : C’est un peu inquiétant.

Notre dernière saisonnière, Mathilde, aurait parfaitement fait l’affaire : motivée, dynamique, pas du métier mais très engagée et ambitieuse. Mais elle préfère travailler dans une ferme collective avec plusieurs cœurs de métiers : maraichage, élevage, transformation de produits, du pain. Travailler à plusieurs pour ne pas être seule, et surtout, pouvoir compter sur les autres, et vice versa, en cas de besoin (maladie, vacances…).

D’ailleurs, à quand remonte vos dernières vacances ?

(Rires)

Isabelle : Hmm, je ne me souviens plus !

Patrick : 2016 ou 2017.

Isabelle : Peut-être… Mais non, avant ?

Patrick : Ah non ! C’était en Février 2016 !  

Isabelle : Grâce à un contrat d’apprentissage qu’on prenait pour la première fois ! Corentin nous a spontanément proposé de partir 1 semaine en vacances, il s’était occupé de tout et Jean-Bernard (amapien), je crois, assurait la livraison pour l’AMAP.

On était parti une semaine en février. Il n’y avait personne, on avait tous les chalets pour nous (rires).

Patrick : Et on n’est pas partis depuis.

Isabelle : Mais jusqu’à maintenant, on ne peut pas dire que les vacances me manquent.

Patrick : Moi non plus.

Isabelle : L’idéal serait avoir un peu de temps libre la semaine ou le week-end, pas forcément partir… Faire une semaine de randonnée par exemple.

Mais je ne pourrais jamais partir à la belle période, en laissant Patrick seul. Je me sentirais trop coupable, et ne passerai pas un bon moment.

Patrick : Bon, on peut partir 2 ou 3 jours pour que ça ne perturbe pas trop l’exploitation.

Isabelle : Comme à Noël on a levé le pied, sans livraison d’AMAP.

Avant, nous n’étions pas demandeurs. Maintenant que nous l’avons fait, c’est très bien oui, mais il ne faut pas que ça ennuie les Amapiens.

Patrick : Pendant ces 15 jours, ça nous permet de nous lever un petit peu moins tôt.

Isabelle : Quand c’est la pleine saison, on n’a le temps de rien d’autres. Donc quand on a 15 jours comme à Noël, on a plein de choses à faire et le temps est précieux.  On peut faire de l’administratif privé, des petits travaux de bricolage à la maison, acheter des choses dont on a besoin et qu’on n’a jamais le temps ; comme la literie, le bricolage, peindre un mur de la maison, etc...

Ce que les gens font habituellement le week-end ?

Isabelle : Voilà c’est tout à fait ça ! Le week-end on n’a pas le temps, en pleine saison, on n’a pas le temps de faire ça.

A Noël, j’ai pu restaurer un meuble, une commode que j’ai depuis 1 an et demi et dont je n’ai jamais le temps de m’occuper. J’ai enfin pu le terminer.

 « Mais malgré tout, on n’échangerait notre place pour rien au monde, je ne changerai pas de métier, c’est sûr ! » disent Isabelle et Patrick 

En conclusion, les deux années qui viennent de s’écouler, à l’instar du Covid, ont été une véritable épreuve pour Patrick et Isabelle. Alors, leur tempérament est d’un naturel optimiste d’où leurs différents projets pour pallier les aléas climatiques à leur échelle ; nous allons donc, à notre échelle, continuer notre rôle de colibri en les soutenant et en les rassurant au quotidien par notre engagement et notre investissement sur l’exploitation.

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2022 2 15 /02 /février /2022 20:43

Feuille de chou de L’AMAP Lomme de terre :

Interview d’Isabelle et Patrick Partie 2/3

Février 2022

Première partie de l'interview : http://amap-lommedeterre.over-blog.com/2022/02/feuille-de-chou-partie-1/3.html

Pouvez-vous nous faire un bilan de cette année ?

Patrick : 2020/2021 est la pire saison en 25 ans depuis 1997 quand nous avons repris l’exploitation de mes parents ! On ne peut que constater un réel dérèglement climatique et on en voit les conséquences : un été pourri, beaucoup d’humidité, la multiplication des maladies sur les légumes… L’an dernier c’était la sécheresse, cette année… l’inondation !

Isabelle : Ces conditions nous ont empêché de faire correctement notre travail dans les champs. Et les plantes n’ont pas pu s’épanouir correctement.

Patrick : Avec un enherbement très invasif, les mauvaises herbes ont envahi et étouffé les racines des plants de toutes parts. Les plants ont été noyés ! La pluie en excès a resserré la terre autour des plants et l’a rendu compacte.  Donc moins d’oxygène et pourrissement.

Isabelle : Quand les conditions climatiques se sont améliorées, nous avons fait notre maximum pour aérer le sol mais il était malheureusement déjà trop tard : les carottes et les céleris comme vous avez pu le voir sont de petits calibres.

Sans compter les pertes.

Mais c’est le cas de beaucoup de maraichers de la région, à quelques exceptions près. Nous n’avons jamais connu de telles conditions ! On n’a jamais connu ça, jamais, jamais…

Mais alors, comment avez-vous fait pour que nos paniers restent bien garnis ?

Patrick : Lorsque nous avons pris conscience en octobre que nous n’aurions sûrement pas assez de légumes pour terminer à peu près convenablement la saison, nous avons décidé d’anticiper pour compenser toutes ces pertes. Il a fallu replanter des épinards, ceux que vous avez actuellement dans vos paniers.

Isabelle : En septembre, les épinards initialement plantés ont complètement jaunis à cause de l’excédent d’eau.

Et ça, c’est une désolation pour nous, quand on avait prévu de les mettre dans les paniers et que…. Non, on ne peut pas mettre ça dans les paniers… Vraiment, on n’a jamais vu ça….

Alors que l’an dernier il faisait trop sec.

Avant, au printemps, il y avait tout de même un équilibre entre épisodes de pluie et de « sécheresse ». Mais cette année, ça n’a pas du tout été le cas.

Patrick : Maintenant, on a des périodes très sèches pendant des semaines, voire des mois. Et pareil pour les pluies… En juillet, c’était 3 semaines de pluie d’affilée….

Isabelle : Est-ce une année exceptionnelle ? Est-ce que ça ne va plus se reproduire ? C’est inquiétant quand même ! Et cette nouvelle saison nous angoisse parce qu’on ne sait pas ce qui nous attend.

Qu’est-ce qui vous attriste le plus ?

Patrick : On a beau avoir le bon matériel, les bons plants, si les conditions météos ne sont pas bonnes, le rendement ne sera pas au rendez-vous.

Isabelle : Ça a été dur cette année pour Patrick.

Patrick : C’est frustrant de mettre des cultures en place et ne pas arriver au bout, ne pas avoir suffisamment de légumes à mettre dans les paniers.

Isabelle : On a l’impression de faire tout ce travail pour rien. Des légumes qui ne poussent pas, c’est démoralisant. En plus de travailler dans la grisaille et dans la boue en espérant chaque jour que la semaine suivante sera meilleure.

Patrick : On a des cultures a très faible rendement voire pas du tout comme le poireau par exemple.

Isabelle : Ça c’est une catastrophe !

Patrick : 80 % de poireaux sont montés !!!! Un poireau monté c’est un poireau qui - au lieu de prendre en calibre - va développer une tige rigide et monter en graines. Cela donnera la fleur, rendant le poireau non comestible.

Isabelle : Des poireaux montés en automne, ce n’est pas normal. Il monte en fleur normalement en fin de période c’est-à-dire fin de printemps. Lorsqu’il n’a pas été retiré du sol, il finit son cycle en fleurissant pour faire des graines.

Patrick : Et dans les 20% restant, qui ne sont pas montés en graines, le calibre n’est pas suffisant.

Donc une perte sèche de 3300 euros de plants.

Ça aussi c’est la première fois que ça nous arrive.

Isabelle: Le dérèglement est tel que maintenant, lorsqu’une culture commence bien, on ne le dit plus.

Patrick : Non, parce qu’il peut toujours arriver quelque chose. Tant que ce n’est pas récolté, ce n’est pas gagné !

Alors qu’avant il y avait moins d’aléas.

Isabelle : Avant, même si la culture attrapait une maladie, on s’en sortait toujours. Cette année, c’est catastrophique.

Patrick : Pour en revenir aux poireaux, nous avons contactés les producteurs des plants…  Ces plants de poireaux (que tous les maraichers du coin ont reçus), auraient subi un stress lors de la mise en pépinière. Un épisode de gel a suspendu la pousse. On appelle ça un arrêt végétatif.

Tout ceci explique cette montée en graine précoce. Ils nous ont fait une ristourne de 10% sur la facture…

Plantés dans de bonnes conditions, ils auraient pu pousser correctement. Mais là tout s’est cumulé : arrêt végétatif, mauvais plants, mauvaises conditions de plantation et mauvais temps pendant la pousse.

Isabelle : Donc Moralement, le cumul de ces évènements est éprouvant.

Patrick : Quand on pense aux heures passées, la plantation, tous les désherbages effectués juste pour les poireaux et tout ça pour rien.

Isabelle : Les courges aussi ont eu beaucoup de soucis. C’est une autre catastrophe.

Patrick : Manque de soleil et de chaleur, manque de pollinisation : peu de fleurs donc peu de fruits, pourrissements et envahis par les mauvaises herbes : 1m50 de hauteur ! Conséquences : la récolte - avec seulement 2 amapiens – a été très pénible et dangereuse. Les lianes de mauvaises herbes se prenaient dans les pieds…

Très peu de fruits et pas complètement murs : seulement 25 % de la récolte attendue ! Et même dans ce pourcentage, il y a eu des pertes à cause du pourrissement (voir l’article du blog : http://amap-lommedeterre.over-blog.com/2021/12/operation-courge.html ).

Isabelle : On espère qu’on ne va pas revivre ça, c’est la première fois que l’on appréhende autant la suite.

suite de l'interview : http://amap-lommedeterre.over-blog.com/2022/02/feuille-de-chou-3/3.html

À suivre...

​​​​​​

Partager cet article
Repost0
15 février 2022 2 15 /02 /février /2022 20:37

Feuille de chou de L’AMAP Lomme de terre :

Interview d’Isabelle et Patrick Partie 1/3

Février 2022

Quels sont les travaux sur l’exploitation en ce moment ?

Isabelle : On anticipe le printemps à venir, sélectionne les variétés à planter ou semer, et on recherche les meilleurs prix.

Patrick : On a donc commencé les commandes de graines et de plants chez plusieurs semenciers :

  • Agro-semence
  • Bejo
  • Voltz
  • Fabre
  • Gauthier

Isabelle : Nous avons le choix entre deux types de graines : les labellisées bio et les non-traitées.

La plupart des graines que nous utilisons sont labellisées bio. Mais Lorsque la semence n’existe pas en label bio, nous pouvons utiliser des graines non traitées. Dans ce cas, nous devons faire une demande de dérogation.

Patrick : Pour ça, nous devons allez sur le site : semences biologique.org, s’inscrire, se faire connaitre auprès de notre certificateur (ECOCERT), présenter ses arguments (en ligne), puis attendre l’accord du certificateur.

Isabelle : Si on sème avant l’accord de dérogation, nous risquons - en cas de contrôle, qui sont effectués 2 à 3 fois par an - une amende.

Patrick : Aujourd’hui, on trouve 85 % des graines en bio.

Pour les plants : salades (laitues, aromates, choux, certaines tomates, aubergines) une partie est faite en semis et une autre en plants venant d’un producteur à Ambricourt. Il livre chez nous pour 5 maraichers de la région.

Comment faites-vous pour savoir quels semis ou plants commander et en quelle quantité ?

Patrick : Pour les graines, tout est déjà commandé. Pour les plants, nous devons établir un planning pour fin de janvier, et commander pour l’année complète. Le planning est établi grâce au Cahier de Culture. Nous y faisons toutes nos observations au fil de la saison (une variété qui a bien fonctionnée, une autre qui n’a pas donné grand-chose) pour déterminer si tel plant ou semis sera reconduit.

Quelle somme représentent ces semis et graines ?

Patrick :

  • 3 500 euros de graines payés d’avance.
  • 15 000 euros pour les plants. Ils sont facturés mensuellement pour l’année.

La Livraison des plants se fait tous les 15 jours de fin janvier à fin novembre.

Même si les factures sont mensuelles, ça fait une grosse sortie d’argent en fin janvier.

  • Sans compter les Engrais organiques, les matériels divers (bâche…) etc…

Que faites-vous en ce moment sur l’exploitation ?

Isabelle : Pour l’instant, les travaux du sol en plein champ sont impossibles parce que trop humide. C’est donc impraticable avec les tracteurs. Il faudrait plus de gelées.

Patrick : Oui, il en faudrait plus pour permettre de retourner les sols et commencer à préparer les premières cultures en début mars, si la météo le permet.

Isabelle : On nettoie les serres pour les prochaines cultures. Actuellement il y a la mâche, les épinards et les aromates.

Patrick : Les premiers semis de carottes, navets et radis ont été réalisés depuis une dizaine de jour sous serre.

A la fin janvier, on a reçu les plants d’aromates, d’épinards et salades pour les paniers de la prochaine saison. Ils vont être sous serre, mais pas en extérieur avant le 10 mars : les sols sont trop humides, trop froids et on risque encore de grosses gelées.

Romain s’occupe de l’entretien du matériel, du nettoyage de l’exploitation, de la déchetterie, il est pressé de retourner dans les champs, mais là, c’est trop mouillé.

Donc vous allez avoir bientôt avoir besoin de bras ?

Isabelle : On va certainement faire 2 gros chantiers idéalement en février, ça dépendra de la météo. Nous sommes accompagnés par l’association Plantons le décor comme la dernière fois :

  • Un chantier Taillage de Haies, nous allons avoir besoin de 5 personnes au moins sur Pérenchies et ce serait un samedi matin.
  • Un chantier Plantation de Haies, et pour être efficace il faudrait au moins 10 personnes sur le terrain d’Houplines un dimanche matin. Il était prévu en décembre mais il a été annulé à cause des conditions climatiques, c’était beaucoup trop boueux.

Patrick : On attend d’avoir plus de visibilité sur la météo. 

Suite de l'interview, partie 2 : http://amap-lommedeterre.over-blog.com/2022/02/feuille-de-chou-2/3.html

partie 3 :http://amap-lommedeterre.over-blog.com/2022/02/feuille -de-chou-3/3.html

À suivre.....

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 21:39

Bonjour les Amapiens,

Quelques informations et rappels en cette fin d'année :

Le conseil d'animation a pris la décision, il y a quelques années de ne plus faire de  distribution pendant les vacances de Noël parce que nos agriculteurs "le valent bien" ! 😎  

C'est pour cela que Patrick et Isabelle vous ont préparé 1.5 panier pour jeudi 16/12/2021 et un autre 1.5 panier pour le jeudi 6 janvier 2022.

C'est une belle manière de commencer l'année !!!

 

Vu les conditions sanitaires actuelles, nous avons décidé de reporter notre traditionnel vin chaud à une date ultérieure.😂 C’est vrai que les nouveaux arrivés de l’ère « COVID » n’ont pas eu l’occasion d’assister à cette tradition mais  comptez sur nous pour la remettre au programme dès que les conditions le permettront !

En attendant, voici un aperçu de l’ambiance.

 

Autre information, la saison devrait se terminer le jeudi 17 mars cette année. Et il est bientôt l'heure de renouveler vos voeux ! 😁

Plus sérieusement, l’adhésion à l’Amap ne se fait pas par tacite reconduction mais vous devrez formuler votre volonté de vous ré-engager. Nous vous enverrons avant la fin de saison un questionnaire qui permettra aux Agriculteurs d'anticiper les futurs besoins :

Pour ceux que ça intéresse, nous avons un groupe Facebook, faites une demande sur Le Groupe Privé de l'AMAP et vous pourrez échanger avec les Amapiens.

 

Une dernière chose et non des moindres, notre système est fait pour que chacun, selon sa mesure, puisse contribuer au bon fonctionnement de l’Amap ; pour cela, l’une des possibilités est la distribution. Le lien vous a été envoyé par mail.

Au 25 décembre , voici l’état des besoins :

 
Bonnes fêtes de fin d'année !!!

 

 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2021 3 01 /12 /décembre /2021 18:40

Comme l'an dernier et comme Patrick l'a déjà dit à certains Amapiens, les conditions de conservation des courges sont de plus en plus difficiles avec toute cette pluie. La preuve : 

 

Alors cette semaine, réjouissez-vous, ce n'est pas une courge que vous aurez dans votre panier mais 2 !!! Oui oui, c'est encore la fête de la citrouille ! Ça tombe bien c'est la saison, avec ce qu'il tombe, rien ne vaut une bonne soupe pour se réchauffer !!!

Voici quelques pistes pour les utiliser :

  • la plus facile :  la congélation ! 

Éplucher la courge, (Perso, je n'épluche jamais le potimarron...) la couper en morceaux. Placez-les sur une plaque recouverte de papier sulfurisé  allant au congélateur. Une fois congelés, placez les dans les sachets de conservation ou dans des boites allant au congélateur.

D'ailleurs saviez-vous qu'il en existe en verre, si si ! Directement du congélateur au four pour certaines, et comme nous ne sommes pas sponsorisés, nous vous laissons faire vos recherches 😉

  • la dernière en date : le don ou l'échange 🔁

Nous avons mis en place, une bourse aux légumes, le lien et le mode d'emploi vous ont été envoyé par mail, alors si vraiment, vous ne savez pas quoi en faire, faites tourner !

Voilà les Amapiens, amusez-vous bien ! Et n'oubliez pas, si vous regardez bien, le verre est bien plus souvent à moitié plein qu'à moitié vide... 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 16:54

 

A voir !

 

On y parle aussi de notre partenaire, l'AMAP du Beau Pays 

https://amapdubeaupays.fr/

 

 

Partager cet article
Repost0

  • : Le blog de l'AMAP Lomme de terre
  • : AMAP créée à Lomme, Nord, regroupant 80 consomm'acteurs et des maraîchers
  • Contact

Recherche